Mikaëlle Fratissier dans Fatma ©DR
Mikaëlle Fratissier dans Fatma ©DR

Mikaëlle Fratissier : le théâtre dans le sang

Cette comédienne passionnée a été formée à l’École Régionale des Acteurs de Cannes (ERAC) et vient de monter sa propre compagnie Caractère(s).

Simple et souriante, Mikaëlle raconte son parcours : « J’ai commencé le théâtre à 10-11 ans. C’est un peu cliché mais j’ai su très jeune que je voulais être comédienne, que ce serait mon métier ». Pour se former, elle a commencé par le Conservatoire Municipal de Sète, a passé son bac option théâtre et est entrée dans les écoles pré-professionnelles comme la Compagnie Maritime puis l’ERAC.

La jeune femme est passionnée par le théâtre qui donne l’occasion de se « découvrir soi-même au fil des rôles mais aussi de rencontrer les autres ».

Déterminée et la tête pleine de projets

Si sa formation est théâtrale, la jeune femme ne se cantonne pas aux planches. « Jouer devant la caméra m’intéresse aussi, j’ai tourné un téléfilm, deux courts métrages et un long métrage auto-produit. Je continue à passer des auditions ».

Mikaëlle vient de créer la compagnie Caractère(s) soutenue par l’association l'Air Libre, notamment pour aider la structure à gérer l’administratif afin qu’elle puisse se consacrer à l’artistique : « J’ai aussi des envies de mise en scène. Je veux travailler sur des projets que j’ai choisi ».

Nourrir l’imaginaire

Parmi les projets qui lui tiennent à cœur, Fatma, le bruit des autres, un monologue écrit par dramaturge algérien M’hamed Benguettaf qu’elle jouera dans le cadre du festival Voyages en Solitaire(s) à Marseille. « Le monologue à un place particulière dans le théâtre, sur scène c’est un exercice de solitude, tout repose sur les épaules de l’acteur, c’est assez abyssal ».

Le texte a été choisi par la jeune femme : « C’est un monologue avec un thème à la foi léger mais qui a des choses à dire. Il parle de l’Algérie et de la condition de la femme là-bas, j’avais envie de parler de ce pays car je suis fille et petite-fille de pieds noirs. J’ai entendu parler de ce pays avec amour durant mon enfance ».

Malgré sa double casquette sur cette pièce, Mikaëlle ne se consacre qu’à la partie jouée lorsqu'elle est sur scène : « Cécile Le Magnien et moi avons l’habitude de travailler ensemble puisque nous faisions partie de la même promotion à l’ERAC. Le travail est un moteur commun et lorsque je joue c’est elle qui a les clefs de la mise en scène ».

Ce projet, l’équipe de la compagnie Caractère(s), le porte depuis un an déjà. « Ces représentations sont un point de départ pour nous, nous aurons les retours du public. C’est important ».

Fatma, le bruit des autres à la Friche du Panier à Marseille les 8, 9 et 10 mai.

1 Star (No Ratings Yet)
Loading...

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *