Le théâtre Minoterie-Joliette a pris le risque de s'ouvrir à d'autres formes d'arts. ©Les Pas Perdus
Le théâtre Minoterie-Joliette a pris le risque de s'ouvrir à d'autres formes d'arts. ©Les Pas Perdus

« Faire d’un songe une belle affiche »

Les artistes des Pas Perdus sont en résidence au Théâtre Joliette-Minoterie à Marseille. Une occasion de mettre en place un studio volant qui permet de raconter ses songes.

Le groupe, composé de trois artistes Guy-André Lagesse, Nicolas Barthélemy et Jérôme Rigaut, propose au travers des arts contemporain et plastiques d’aborder le rapport du monde à l’œuvre. Guy-André Lagesse explique : « Cela nous amène à nous demander comment on habite notre vie. Et aussi comment on peut réemployer les objets du quotidien. »

Des artistes aussi à l’aise en galeries, en appartements, aux musées ou dans des zones urbaines extérieures. « C’est une façon de confronter la manière de voir le monde, et de voir comment l’esthétique est partageable. Chacun a une vision différente en fonction de son vécu. »

Le rapport à l’autre est primordial : « Nous travaillons avec l’envie de connaître les gens ». Ils désirent faire passer des émotions, ressentir de l’empathie et partager une sensibilité.

Une collaboration inédite

C’est la première fois que le théâtre Joliette-Minoterie accueille des artistes plasticiens. Cette résidence est née d’une réflexion globale autour de ce théâtre et du secteur géographique d’Euromed. « Nous voulions l'ouvrir vers l’extérieur et vers les populations qui occupent cet espace, inscrire le lieu dans l’espace urbain. Les Pas Perdus sont venus nous voir pour partager cette problématique, cette poétique », explique Pierrette Monticelli, co-directrice du Théâtre.

Pour cela ils ont mis en place un studio volant « qui se monte très rapidement. Nous nous installons pour un moment à un endroit où il y a du passage ». Les passants sont invités à raconter un songe ayant un rapport avec la zone Euromed. Il y a d’abord un récit, « qui devient écriture plastique. On bâtit une œuvre graphique à partir de couleurs, de textes et de photographies », continue Guy-André Lagesse.

Construction de la Forêt des songes

Le résultat sera une affiche travaillée durant plusieurs séances avec les plasticiens mais aussi avec les participants pour obtenir un photomontage. Cette affiche représente un pont graphique entre le théâtre et l’art plastique.

Au terme de cette résidence, l'ensemble des flâneries obtenues formera La forêt des songes et sera exposée sur la place Henri Verneuil. L’occasion de découvrir le fruit de ces rencontres impromptues transformées en œuvres collectives.

Retrouvez l'actualité des Pas Perdus, leur Page Facebook et le 28 avril à 12h30 pour Notre petit Musée de Bouche #6 au théâtre de la Joliette-Minoterie.

1 Star (1 votes, average: 4,00 out of 4)
Loading...

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *