Cet album porte à réfléchir sur la révolte, l’uniformisation ou encore l'individualisation.©MD
Cet album porte à réfléchir sur la révolte, l’uniformisation ou encore l'individualisation.©MD

Louise O’sman, poète des temps modernes

Sorti en septembre 2019, le premier album de Louise O’sman, Joyeuse Ville est une pépite musicale entre la grande chanson française et une nouvelle génération engagée et prometteuse.

Avant de se consacrer à Louise O’sman, la chanteuse et accordéoniste évoluait au sein de No Man’s Louise au côté d'une violoncelliste. Le duo a pris des routes différentes. Pour assurer la continuité, l'interprète a donc créé une anagramme quasi parfait du projet. Elle a gardé le prénom Louise, qui rend à la fois hommage à la poétesse Louise Michel et à Louise Reisner, première femme concertiste accordéoniste. « C’était très important pour moi de rester fidèle à cette identité, tout en dissociant les deux projets », explique t-elle.

Elle repart donc sur la route avec son accordéon et signe avec le label belge Homerecords. « Ils m’ont laissée travailler et arranger mes morceaux en toute liberté, c’était aussi une bonne expérience de travailler avec une équipe », continue t-elle.

Un regard sur la société

Pour cet album, des titres déjà enregistrés sur l’EP de No Man’s Louise, Les enfants de la Plaine en 2016, ont été réarrangés et d'autres ont été composés. Dans ses textes, l'auteure laisse transparaître son amour des mots et de la poésie. Marseille, sa ville d'adoption fait partie de ses sources d'inspirations.

Sur la couverture en noir et blanc, elle tient entre ses mains un rubik’s cube en couleur. « Il représente la société moderne, sa complexité et l'infinité de ses possibles. Mon air dubitatif devant cet objet questionne notre rapport à ce monde moderne à la fois merveilleux, fascinant et terrifiant », poursuit-elle.

Elle voit en ce casse-tête coloré « cette "Joyeuse Ville", ou notre ambivalence envers ce monde qui nous repousse et nous attire ».

Une présence scénique magnifique

Les textes sont fins, intelligents et la musique poignante. Il suffit d’avoir vu sur scène la frêle Louise O'sman, comme le frêne de sa chanson, pour savoir qu’elle y est à sa place. Elle y brille même lorsqu’elle est derrière son imposant accordéon. « Pour mes prochains concerts, j’espère pouvoir parfois poser mon accordéon et plus occuper la scène et laisser la place à d’autres instruments. » Sa diction est identifiable, chaque mot est parfaitement énoncé. Ses textes sont des tranches de vie qui incitent à écouter la prochaine histoire de cette conteuse.

Louise O’sman sera en concert le 30 janvier au Non-Lieu à Marseille et en première partie d’Agnès Bihl le 6 février au Petit Duc d’Aix-en-Provence.

Retrouvez toute l’actualité de Louise O’sman sur sa page Facebook et son site.

1 Star (1 votes, average: 4,00 out of 4)
Loading...
Image de prévisualisation YouTube

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *