Yoann Charbonnier dans son atelier à Marseille. ©AL
Yoann Charbonnier dans son atelier à Marseille. ©AL

Dans l’atelier d’un luthier

C’est dans son atelier à Marseille que Yoann Charbonnier nous fait découvrir son métier, sa passion pour les instruments et le travail des matières.

Seul le bruit d’un outil taillant le bois pourrait s’échapper de l’atelier de Yoann Charbonnier, mais de temps en temps, cette mélodie se mêle à la musique classique. Et malgré les allées et venues de la clientèle, la sérénité du lieu reste intacte.

« Il était une fois un morceau de bois »

Avec passion ce luthier de 31 ans fabrique et répare des instruments à cordes pincées, il a un rôle d’entretien et de restauration du patrimoine instrumental : « Mon métier, c’est aussi de redonner vie à une guitare, une mandoline ou une basse que les années ont dégradé. Ce qui me plait c’est la recherche, ma passion pour l’Histoire m’a amené à étudier les instruments des périodes médiévale, baroque et de la Renaissance ».

Ce travail, minutieux, se veut respectueux de la fabrication originelle et demande une concentration importante qui peut demander des heures d'énergie sur des détails infimes qui serviront à l’œuvre : « Il faut conserver un maximum d’éléments, utiliser les mêmes techniques qu’à l’époque ».

Son art commence par le choix des matériaux, important pour l’esthétique et la qualité sonore. Son stock est constitué de bois ayant entre 10 et 80 ans de séchage naturel : « Je les choisis pour leurs propriétés acoustiques adaptées à chaque partie de l'instrument, et en accord avec la sonorité recherchée par le musicien ». Il faut près de 10 heures pour assembler les pièces, et 120 à 150 heures pour créer un instrument entier.

La transmission d’un savoir-faire traditionnel

Tout a commencé par une question : comment fonctionne un instrument ? « Quand on joue on ne sait pas pourquoi le timbre change. J’ai commencé la guitare à 13 ans, j’en suis tombé amoureux. J’avais lu un article sur un artisan luthier. Attiré par le travail du bois, j’ai eu envie de faire la même chose ».

Yoann Charbonnier fait des études de menuiserie et ébénisterie, qui l’emmèneront jusqu’au Brevet des Métiers d’Art d’ébéniste puis à l’Institut Européen des Métiers de la Musique. « En 2004, j’ai rencontré Joël Laplane qui m’a proposé de continuer ma formation dans son atelier ». Joël Laplane a été formé à la lutherie par Arthur Carbonell-Torres, métier qu’il avait lui-même appris de son père. En 1976, il reprend l’atelier et enseignera à son tour ces gestes spécifiques. Lorsqu’il quitte le métier en 2013, il transmet à Yoann son atelier, son stock, ses outils et sa clientèle.

Aujourd’hui, le luthier souhaite gérer ses nombreuses commandes tout en réalisant ses projets personnels de création : « Ça ne fait pas longtemps que j’ai repris l’atelier. Une fois que mon organisation sera rodée et que j’aurai du temps, je reproduirai ce que j’ai vécu : la transmission ».

Plus d'infos sur le site de l'atelier ou sur Facebook.

1 Star (6 votes, average: 4,00 out of 4)
Loading...

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. samy dit :

    Mais où est-ce ????

  2. Alexandra LOPIS dit :

    L’atelier et la boutique sont à Marseille, vous trouverez l’adresse précise sur le site et la page Facebook du luthier (en bas d’article), le lieu vaut la peine d’être visité ;) !

  3. Stan dit :

    Oh oui il faut aller dans cette boutique. Yoann est une personne très agréable. De plus, il faut noter qu’il organise en association avec Zerosono des soirées-concert à l’ambiance intimiste dans sa boutique.

  4. Monika Mars dit :

    Depuis fin août, un espace expos d’art est créé à l’atelier. Un artiste chaque mois, à rencontrer le dernier jeudi lors du goûter-apéro ;-) https://www.facebook.com/AtelierCharbonnierLutherie/posts/1108799425894796