Le droit de vote permet au peuple de contribuer à l'histoire de son pays. ©MD
Le droit de vote permet au peuple de contribuer à l'histoire de son pays. ©MD

Mémoire familiale et l’Histoire

J’ai eu la chance d’avoir un grand-père qui m’a bercée avec des anecdotes. Il m’a raconté ses souvenirs d’écolier, d’amour, de services militaires.

Durant ces heures de discussions je l’ai écouté me parler de son Algérie natale, son élevage de lapins, la Seconde Guerre Mondiale, le débarquement de Provence : sa traversée de l’Histoire. J’ai eu envie de savoir comment sa vie prenait place dans le patrimoine collectif. Aujourd’hui mon grand-père n’est plus là. Nous avons partagé des moments intenses de rires et d’émotions mais surtout de transmission. Grâce à eux, j’ai appris que la mémoire est importante.

Se nourrir du passé

Il m’a transmis l’amour des livres et l’envie de savoir. C’est aussi grâce à lui que j’aime autant écrire et visiter des musées. Ces dernières années deux lieux m’ont particulièrement marquée : Le camp des Milles d’Aix-en-Provence et le Musée National de l’Histoire de l’Immigration à Paris. Ils sont emprunts d’histoire, m’ont renforcée dans l’idée que pour construire un avenir commun, il faut savoir de quoi le passé est fait.

L’Histoire est perplexe, chaque nation connaît des heures sombres et des moments heureux. A Aix-En-Provence, le camp d’internement rappelle comment une tuilerie a servi à parquer des gens avant de les déporter vers Auschwitz. A la Porte Dorée à Paris, le Musée National de l’Histoire de l’Immigration rappelle par sa bâtisse que la France a, dans un passé pas si lointain, organisé des expositions coloniales. Puis, dans les escaliers, une chronologie nous fait voir le côté cyclique de notre Histoire, « qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre », pour emprunter un vers à Paul Verlaine.

Face à nous-même

Je pense que nous sommes à la croisée des chemins. Il y a des choix à faire, des responsabilités à prendre. Je ne peux pas dire ce que j’aurais fait à cette époque ni où je me serais située. Je ne peux pas affirmer que j’aurais été du côté de ceux qui résistent, de ceux qui sont pour l’égalité et contre les esclavagismes. Aujourd’hui j’ai un choix à faire, comme mes « chers compatriotes » selon la formule consacrée. Je prendrai mes responsabilités devant mon bulletin de vote. Parce que dans ma tête, il y a cette petite connaissance historique.

1 Star (4 votes, average: 4,00 out of 4)
Loading...

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *