L'Espadon en restauration à la Société Nautique de l’Estaque à Marseille. ©AL
L'Espadon en restauration à la Société Nautique de l’Estaque à Marseille. ©AL

Une deuxième jeunesse pour les bateaux

Depuis 2001, l’association Boud’mer restaure des pointus et barquettes marseillaises. A travers ses activités, elle fait partager le patrimoine nautique.

Stationné à terre à la Société Nautique de l’Estaque Plage, l’Espadon construit en 1965 et auréolé du label BIP (Bateau d’Intérêt Patrimonial) se fait bichonné par 26 bénévoles. Ponçage, reprise du calfatage, traitement du bois, réparation de l’hélice, nettoyage, sablage, passage à l’huile de lin et peinture : « Le plus dur a été de s’occuper du moteur qui était au point mort depuis deux ans à cause d’une pièce presque introuvable », confie Sabine adhérente de l’association Boud’mer depuis trois ans.

Cette barquette de deux tonnes et sept mètres de long, propriété du MuCEM, est en plein carénage. « On prend un bateau qui n’est pas en bon état pour le refaire naviguer, explique Pierre un autre adhérent, pour celui-ci, nous faisons une restauration complète, on estime ce chantier à près de 400 heures de travail ». Dans les prochains jours, l’Espadon retrouvera ses couleurs, sa vie d’antan et une place au Vieux-Port.

Des amoureux de la mer

Depuis sa création en 2001, l’association redonne vie à de vieux pointus et barquettes dont on leur confie l’entretien, plutôt que de les laisser mourir dans un musée. La première restauration a été celle de Marioune offerte en 2002, puis suivra la gestion de Beppina, Scorpion, L’Espadon, El Mansour, Lylou, Minou et Mercedes. Tous ces bateaux ont au moins 50 ans et appartiennent à l’histoire et au patrimoine de Marseille.

L’association compte aujourd’hui près de 250 adhérents : « La plupart d’entre nous n’avons pas de grandes connaissances techniques ou en navigation, nous sommes tous des amoureux de la mer et de bateaux », continue Sabine.

Authenticité et sauvegarde du patrimoine

Avec sa flotte, l’association propose des activités pour sensibiliser le public à la protection du patrimoine maritime et de l’environnement. Elle organise des navettes culturelles : un conteur évoque à travers des anecdotes les histoires de la rade de Marseille telle que l’arrivée de la peste en 1720. L’occasion d’apprendre et de découvrir autrement le Fort Saint-Jean, les légendes de l’île Degaby ou profiter d’un parcours vers le Frioul. Entre authenticité et sauvegarde du patrimoine « se balader sur ces vieux bateaux en bois, à voiles ou à moteurs, fait toute la différence ».

Des initiations à la conduite et au matelotage sont également proposées. Pour transmettre les savoir-faire et former les jeunes aux métiers de la mer, l’association organise des chantiers de formation et d’insertion. « On touche à tout et nous partageons nos savoirs. Passer d’un carénage à une mise à l’eau, c’est le meilleur moyen pour entrer vraiment dans l’âme d’un bateau », conclut Jean un adhérent.

Plus d’informations sur l’association Boud'mer. Suivez l’actualité de Boud’mer sur Facebook.

 

1 Star (3 votes, average: 3,67 out of 4)
Loading...

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Hiétin dit :

    Bravo pour ce super reportage et ….pour avoir généreusement donné le « coup de pinceau »…;-)
    Juste pour complément d’info, l’ESPADON dont il est question est inscrit dans les inventaires du ministère de la Culture dans ses collections … Sous la maîtrise du MuCem.
    Son entretien à flot à été confié ( sous convention) à Boudmer ….en préférence à une exposition à sec !!! Objectif le conserver navigant !!
    Il est ainsi, un peu la propriété de tous ….les français ;-))

    Amitiés de JR …ex président de Boudmer
    Bon vent pour EtBaam et à bientôt sur les barquettes de Boudmer ( certainement à bord de l’Espadon ?)

  2. Jean - Claude dit :

    bravo à toutes et à tous pour vos soins et votre attention.
    j’ espère etre a nouveau bientot des votres pour d’ autres  » aventures  » Boudmeriennes pleines de sourires et d’embruns

  3. Bernard Connoué dit :

    Bravo pour ce reportage et ces superbes photos. Ce qui a réveillé chez moa, mes expériences dans la construction navale. Beau coup de pinceau, je vois…