La Vie en Douce réinvente la tradition des santons provençaux. ©La Vie en Douce
La Vie en Douce réinvente la tradition des santons provençaux. ©La Vie en Douce

Quand les galets deviennent des Santons

Martine Gaussen, peintre, s’est emparée de façon originale de la tradition des santons provençaux. À Tourrettes-Sur-Loup, c’est sur des pierres qu’elle peint ses personnages.

C’est en voyant un caillou que l’idée et l’inspiration lui sont venues : « J’ai trouvé une pierre longue qui tenait debout, j’ai trouvé qu’elle ressemblait à un pépé ». La vie en douce vient de naître. Martine se met en quête de pierres l’inspirant et pouvant servir de supports. Très vite elle met son mari à contribution pour les couper afin qu’elles soient stables. « Je me suis mise à créer de nombreux personnages, des crèches. Cette histoire dure depuis 17 ou 18 ans. »

Une transformation méticuleuse

C’est avec de la peinture à base de caséine de lait et de pigments naturels que les santons prennent forme.  « J’ai, depuis petite une passions pour les icônes, j’ai appris la technique dans un monastère et c’est celle que j’utilise. »

Pour donner vie à ses petits personnages Martine constitue dans un premier temps un stock de galets lors de ses promenades, « je choisis moi-même les pierres sur lesquelles je vais peindre, elles doivent me plaire et me faire de l’œil ». Si les galets sont taillés afin de tenir debout, ils ne sont en revanche pas polis. « Ce qui m’amuse c’est d’utiliser la forme du galet, pas de les façonner. J’aime regarder une pierre et me demander ce que je peux faire avec. Il faut que ce soit un jeu ».

La peintre dessine sur chaque pierre un visage. La particularité c’est qu’il faut multiplier les couches allant toujours de la couleur la plus foncée à la plus claire. Puis elle utilise du vernis polyuréthane, pour que la peinture résiste à l'épreuve du temps.

Une tradition dépoussiérée

La plupart de ses clients sont fidèles et viennent à sa rencontre chaque année lors des foires aux santons, « certains ont plus de modèles que moi. Ils complètent leur collection et en achète de nouveaux ».

La clientèle est variée, de toutes les tranches d’âge, mais elle précise, « ce sont souvent des femmes ou des jeunes familles qui apprécient que mes santons sont difficilement cassable et puis ils plaisent beaucoup aux enfants ».

Les raisons de ces achats ne sont pas forcément liées à la religion, mais relève plutôt de la tradition. « Certaines personnes reconstituent leur famille en y ajoutant des personnages au gré des naissances. Les gens s’inventent l’histoire qu’ils veulent. »

Puis elle ajoute, « pour moi, peindre les santons c’est un jeu, parfois j’imagine des groupes qui se parlent, je constitue des couples. C’est un reste d’enfance ».

Retrouvez l'actualité de la Vie en Douce sur sa page Facebook et sa boutique en ligne. La vie en Douce sera à la 37e Foire aux santons de Mouans Sarthoux (06) du 4 au 27 décembre tous les jours de 14 à 18h.

1 Star (3 votes, average: 4,00 out of 4)
Loading...

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *