« Je suis devenu disquaire en ligne, c’est une passion avant d’être un projet mercantile ». ©MD
« Je suis devenu disquaire en ligne, c’est une passion avant d’être un projet mercantile ». ©MD

Une box, des vinyles, des labels

Le Wax Buyers Club a été créé par Édouard Fontaine en février 2015. Le principe est simple : chaque mois les adhérents reçoivent un vinyle collector d’un label indépendant.

Édouard aime écouter de la musique depuis son enfance. Il a toujours manipulé des disques en vinyle. De cette simple équation est née une envie autour du métier de disquaire et de son esprit tout en gardant d'autres activités professionnelles. « Le compromis de la box m’a paru parfait, je suis devenu disquaire en ligne et sans stock ». Pour ce trentenaire, « c’est une passion avant d’être un projet mercantile ».

Box et label indé

Chaque mois les abonnés du Wax Buyers Club reçoivent un album inédit dans une édition limitée, préssée par un label indépendant : « Durant notre première année nous avons chaque mois travaillé avec des labels différents. Le projet les a enthousiasmé et ils m’ont suivi ».

Il vous en coutera 23,90€ d’abonnement mensuel. Chaque box contient un 33 tours et une pochette de protection. Il est évident que pour accepter le principe il faut être un amoureux de musique. « Je n’ai jamais eu de mauvais retour d’un album, les abonnés ont envie de découvrir, leurs oreilles sont prêtes à écouter des genres nouveaux ». C’est aussi une manière de se constituer une solide collection avec des disques parfois en édition exclusive. Il n’y a pas de genre musical prédéfini, tous sont représentés dans les sélections.

Un engagement pour la musique

Pour Édouard, le Wax Buyers club est aussi une manière de valoriser le marché du disque qui ne se porte pas bien « les artistes ont besoin de ce genre d’initiative,  qui revalorise les achats de musique physique ». Un parfait combo pour les labels et les mélomanes. D’ailleurs les maisons de disques ne s’y trompent pas et participent volontiers à cet ingénieux système. « C’est un véritable projet culturel dont la création musicale est le cœur, tout le monde est enthousiaste ».

Des conseils en prime

L’initiative ne s’arrête pas là, il a aussi créé son blog de conseils pour l’entretien et sur la marche à suivre pour acheter des vinyles d’occasion. Les rappels de base qu’il arrive aux collectionneurs d’oublier. « Le prix d’un disque dépend de son état mais aussi du nombre de tirages. Lorsque les ventes ont été très bonnes, le prix sera forcément plus bas. Il faut toujours être prudent et comparer ».

Même si cette initiative est un plaisir il n’en reste pas moins que l’emballage et l’expédition des box représentent de nombreuses heures de travail. Quant au nombre d’abonnés, Édouard ne le communiquera pas, c’est secret défense.

1 Star (3 votes, average: 4,00 out of 4)
Loading...

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *