La boutique a ouvert ses portes au Panier où Marcel Pagnol a vécu de 15 à 22 ans. ©MD
La boutique a ouvert ses portes au Panier où Marcel Pagnol a vécu de 15 à 22 ans. ©MD

Marcel Pagnol dans l’air du temps

Une boutique dédiée à l’écrivain a ouvert à l’initiative de son petit-fils, au cœur du Panier à Marseille, quartier de son adolescence.

C’est un projet que Nicolas Pagnol a enfin concrétisé, une gamme de produits dérivés de qualité et la possibilité de trouver facilement les livres et films de son grand-père. Longtemps sa famille s’y est opposée puis sa grand-mère Jacqueline lui a donné sa bénédiction quelques temps avant de s’éteindre. « J’avais envie que les amoureux de Marcel aient accès à des affiches inédites, des objets de collections ou à des séries limitées. »

L’idée est aussi de mettre au goût du jour, des choses intemporelles, par exemple des citations qui font partie du patrimoine collectif « embellies par une mise en forme et un graphisme moderne ».

Ce sera aussi l’occasion de travailler avec des artistes locaux qui pourront exposer dans la boutique et créerons des gammes spéciales autour de l’œuvre de l’académicien.

Restaurer l’œuvre de Pagnol

Une partie des bénéfices sera consacrée à la restauration des films. « Nous essayons d’en faire remastériser un par an, c’est beaucoup de travail. Nous avons déjà rénové la trilogie Marius, Fanny et César. »

Pour Nicolas, ce travail est une action militante : « C’est mon rôle de mettre en avant son œuvre et de faire en sorte qu’elle soit (re)découverte.»

Pour que les plus jeunes apprennent à connaître ces personnages hauts en couleur, les livres ont été adaptés en bandes dessinées grâce aux scénarios de Serge Scotto, Éric Stoffel.

La boutique flirte avec les genres. D’un côté les souvenirs de vacances, les idées reçues sur Marseille ou les héros de Marcel Pagnol. De l’autre l’aspect culturel, ce que l’auteur a laissé dans le patrimoine collectif. « On a parfois l’impression quand on parle du Sud et de l’œuvre de Marcel qu’il n’y a pas de complexité, que c’est une image d’Épinal.»

Nicolas rappelle aussi que son grand-père a vécu à Paris et était membre de l’Académie Française, pour lui redonner une dimension nationale. Et puis il précise « on parle des pagnolades mais pour moi, ce sont ceux qui ont voulu imiter son style qui en font ». Il précise également : « Je préfère qu’on parle du style pagnolien plutôt que pagnolesque, cela me paraît moins connoté.»

L’héritage de l’œuvre littéraire et cinématographique de Marcel Pagnol est entre de bonnes mains. Celles d’un passionné qui entend transmettre et faire plaisir aux amoureux de la Provence et de Pagnol.

Retrouvez l'actualité de la boutique sur Facebook.

1 Star (4 votes, average: 3,75 out of 4)
Loading...

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *