Samuel, Ismaël, Victor et Josselin au cours de leur passage à Marseille, en l'église Saint-Ferreol, le 19 juin 2014. ©AL
Samuel, Ismaël, Victor et Josselin au cours de leur passage à Marseille, en l'église Saint-Ferreol, le 19 juin 2014. ©AL

InterFaith Tour : être unis dans la diversité

Cinq jeunes Français aux croyances différentes ont réalisé un tour du monde des initiatives interreligieuses. De retour en France, ils enchaînent les conférences pour parler de leur démarche.

L’idée est simple et d’une richesse incroyable. Elle a de quoi inspirer la jeunesse, l’encourager à être active dans le changement du monde et des mentalités. Du moins, l’aider à comprendre ce que signifie la tolérance dans un pays où la différence de l'autre peut faire peur.

InterFaith Tour, est avant tout un projet pilote, né à l’initiative de l’association Coexister, en partenariat avec le site d'informations Sparknews : « Depuis cinq ans elle envoie des équipes dans différents lieux clés de l’interreligieux. Il y a deux ans, on a voulu aller plus loin, voir ce qui se faisait dans d’autres pays, d’autres contextes », explique Samuel, fondateur de Coexister et membre de l’équipe de l’InterFaith Tour.

Partant du constat « qu’on parle beaucoup plus des tensions et conflits liés à la religion et très peu des initiatives positives », Ilan, Ismaël, Josselin, Samuel et Victor, âgés de 20 à 28 ans et de confessions ou convictions différentes ont parcouru plus de 40 pays, de juillet 2013 à juin 2014. L’objectif : partir à la rencontre des actions qui favorisent le dialogue entre les religions, comprendre la raison de leur engagement et mettre en avant des nouveaux modèles de savoir-vivre ensemble. « Au départ, on pensait qu’on allait galérer à en trouver une centaine. Au final, ce sont 435 initiatives que nous avons recensées », raconte Victor.

L’interreligieux, un outil de cohésion sociale

Parmi elles, certaines les ont particulièrement marquées : Cricket for peace, à Bombay en Inde, créée par un ancien chef de police, réunit chaque année Musulmans, Hindous et policiers autour d’un tournoi de cricket. Ou encore, au Burkina-Faso, la fusion depuis quelques années des différents groupes scouts au sein d'une même et unique association interreligieuse. Au Kenya, des jeunes mères célibataires chrétiennes, musulmanes et animistes, vivant dans un des plus grands bidonvilles du monde, se réunissent pour s’entraider au quotidien.

Il existe des initiatives que les jeunes aimeraient ramener en France, comme par exemple La Longue Nuit des Religions, mis en place par la mairie de Berlin. Pendant une soirée, les lieux de cultes sont ouverts à tous, ce qui permet de déconstruire de nombreux préjugés. « Dans beaucoup de pays, l’interreligieux n'est pas qu'un dialogue, il s’agit d’actions concrètes, d’un véritable outil de cohésion sociale. C'est rester soi-même en acceptant l’autre et se rassembler autour d’un but commun ».

Un challenge personnel

Bien plus qu’un voyage, ce premier InterFaith Tour était aussi un défi à relever pour chacun des membres de l’équipe. Entre un athée, un agnostique, un Chrétien, un Juif et un Musulman, tous ont dû confronter leurs croyances à celles des autres. Un voyage qui leur a « ouvert l’esprit » et dont les résultats dépassent largement leurs espérances, tant d’un point de vue des initiatives trouvées que personnellement  : « Nous sommes partis en amis, et on est revenu comme des frères », conclut Ismaël.

Le projet pilote InterFaith Tour a été un succès : un appel à candidature sera lancé dans les prochains mois pour un nouveau départ prévu en 2015. Soutenez l'équipe ici.

Retrouvez photos, documentaires, cartes des initiatives et suivez l’actualité du projet sur le site internet d’InterFaith Tour.

En savoir plus sur l'association Coexister et sa branche marseillaise, ainsi que Marseille Espérance.

1 Star (4 votes, average: 4,00 out of 4)
Loading...

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *